Ces maladies de cavalier typiques

cavalier crado

Source : shutterstock

La plupart des cavaliers le savent déjà, même si certains ne veulent pas l’admettre, mais quand on commence l’équitation, certaines maladies de cavalier se développent… Autant le dire tout de suite, beaucoup sont plutôt graves et ne se traitent pas facilement ! Soyez courageux… 

 

L’equus caballus accaparus totalus

vie de cheval meilleure

Source : wikipédia

C’est une des maladies de cavalier les plus fréquentes. Malheureusement, elle se développe dès les premiers contacts avec un cheval. Il faut savoir qu’une fois le patient vraiment atteint, il n’y a plus rien à faire.

 

Diagnostic : Il s’agit d’une obsession maladive pour tout ce qui concerne le monde du cheval. On parle ici d’une maladie incurable qui bien évidemment n’est pas prise en charge par la sécurité sociale. Comme toujours dans ce cas là, les dépenses liées sont très élevées, comme en cas de pépin véto…Dans la majorité des cas, le malade est conscient de sa condition, il a toujours quelque chose qui lui trotte dans la tête ! Une simple radio pourra facilement révéler le problème…

 

Traitements : Étant incurable, il n’y a pas grand chose à faire. Il est toutefois recommandé à l’entourage immédiat de laisser le patient assouvir sa passion, ça le rend souvent plus docile et surtout beaucoup plus agréable à vivre !

 

Le portefeuillus malus

maladies de cavalier

Crédit : Contre Galop

Maladie également très fréquente chez le cavalier. Elle se développe proportionnellement à la passion pour le monde du cheval.

 

Diagnostic : Il s’agit de l’utilisation abusive de ses cartes de crédit pour sa passion, conduisant inlassablement à un manque de fonds pour toute autre activité. Elle se caractérise par la réception de relevés de compte dangereusement proche de 0€…

Traitements : Selon les cas, il peut-être nécessaire d’augmenter son nombre d’heures de travail et/ou de prendre un (autre) emploi. Il peut également s’avérer très utile de démontrer son attachement à ses proches, principalement à ses parents, afin qu’ils participent de façon plus active aux dépenses considérées comme essentielles…

 

L’odorus nauséabondus

Cette maladie ne se développe qu’au contact direct avec les chevaux. Le patient n’est souvent même pas conscient de l’avoir attrapée, il faut une personne extérieure au monde équestre pour s’en apercevoir.

 

Diagnostic : Il s’agit du délicat parfum dégagé par le cavalier après quelques heures passées à l’écurie. Subtil mélange de foin, de sueur de cheval et de crottin…Malheureusement c’est une maladie assez contagieuse puisqu’elle se propage immanquablement dans chaque lieu visité par le cavalier : voiture, maison, magasin…

 

Traitements : Cette maladie se soigne extrêmement facilement ! Il suffit de prendre une douche ou un bain ! Cependant, il faut être conscient que toute nouvelle visite au club entraînera une récidive. Il faudra alors renouveler le traitement aussi souvent que nécessaire.

 

L’equus caballus findus

cavalier frustré

Source : shutterstock

C’est une de ces maladies de cavalier qui surviennent principalement lors des sorties du cavalier et de sa monture à l’extérieur de son environnement habituel. Balade, randonnée

 

Diagnostic : Il s’agit d’une maladie qui se développe principalement les week-end et les jours fériés, toujours en présence d’amis ou de la famille. Le cavalier entre alors dans un état second où l’objet de sa passion passe de l’être idéal à une sorte de monstre à l’avenir compromis… Dans les états les plus graves, il arrive même qu’il se le représente en un autre animal. Ou pire encore, sous forme de plat surgelé !

Traitements : Un seul traitement efficace connu à ce jour, l’entraînement ! De retour à l’environnement habituel tout redeviendra normal. Un travail régulier et un nombre de plus en plus fréquent de sorties devraient suffire à améliorer la situation de façon progressive. Dans les cas les plus sévères, il serait préférable, pour l’avenir de chacun des protagonistes, de changer de partenaire.

 

L’obsessionus compulsivus, la pire des maladies de cavalier

cavalier obsédé

Crédit : Contre Galop

C’est une maladie de stade avancé. Le plus souvent elle se développe de façon très discrète et n’est visible que par certains spécialistes ou par d’autres personnes atteintes.

Diagnostic : Il s’agit d’un état second dans lequel entre le patient pour tout ce qui concerne sa passion. Plus rien ni personne d’autre ne compte ni n’existe en dehors du cheval. Un examen visuel permet d’en confirmer l’atteinte et la gravité.

Traitements : Malheureusement, à ce jour, encore aucun traitement n’a encore été trouvé (ni cherché). Il faut savoir que le patient ne souffre pas de son état, contrairement à ses proches. Seul le temps peut permettre de mieux gérer son addiction, mais il n’existe aucune garantie…

Toutes les maladies citées sont très fréquentes chez les cavaliers mais ne sont pas si graves ! Les non cavaliers peuvent se rassurer en prenant connaissance des très bonnes raisons pour commencer l’équitation ! Pour les autres, soyez sans crainte, tout ira bien !

 

Source photo à la une : Shutterstock

mm
Marine Martinez
Esclave en chef bientôt à la retraite