Métier équestre : le vétérinaire

Métier équestre : le vétérinaire
Source: Karlyne pour Commons Wikimedia

Le vétérinaire c’est l’ange gardien de nos chevaux. Il a un rôle vraiment crucial. Vous pensez le connaître ? On va essayer de vous en dire plus !

 

Un métier pas si ancien que ça !

maison alfort
Source : Jules Beau in Commons Wikimedia

Vers 2000 av. J.-C  en Mésopotamie on trouve déjà des traces dans les écrits d’un « médecin de l’âne ou du bœuf », Xénophon vers 400 av. J-C parle déjà de la gourme, de la fourbure ou encore de la castration des mâles.
 
Le terme même de vétérinaire viendrait du mot latin veterinarius, de veterinum qui veut dire bête de somme ! A l’époque les chevaux bénéficiaient de soins très poussés, notamment dans le cadre des Légions romaines.
 
Mais si les soins aux animaux sont aussi anciens que leur domestication, le métier de vétérinaire comme nous l’entendons aujourd’hui est nettement plus récent !
 
En 1791 la première école vétérinaire au monde est créée à Lyon, fondée sous l’impulsion de Claude Bougelat. Claude Boufelat est  le fondateur de la profession de vétérinaire. Il était aussi un ami de d’Alembert et a écrit plus de la moitié des articles de l’Encyclopédie concernant les chevaux, l’équitation, ainsi que la médecine et la chirurgie vétérinaires.
 
En 1766, une école vétérinaire ouvre au Château d’Alfort : c’est l’ancêtre de l’école de Maisons-Alfort.
Le XIXème siècle a vu l’essor de la profession, plutôt centrée sur les soins des chevaux militaires. Peu à peu les vétérinaires se sont ouverts à d’autres animaux comme les chevaux de trait.
 
Mais c’est après la Seconde Guerre mondiale qu’ils ont commencé à soigner les animaux d’élevage (ovins, bovins, caprins …) puis les animaux de compagnie et à partir de ce moment là le vétérinaire a commencé à s’installer en ville.
 

Que fait un vétérinaire équin ?

vétérinaire équin
Source : Pixabay

Déjà il n’y a pas un vétérinaire équin mais des vétérinaires équins, spécialisés dans certains domaines ou généralistes. Mais voici ce qu’ils peuvent faire :
-traitements préventifs et suivi sanitaire d’un cheptel d’équidés (vaccins, vermifuges, copro …)
-diagnostiquer une maladie ou une blessure sur un cheval, à l’aide d’outils plus ou moins techniques (stéthoscope, échographe, radiographie, scintigraphie, IRM…)
-prescrire des traitements et des soins médicaux
-réaliser des soins d’urgence (en cas de coliques par exemple)
-assurer le suivi gynécologique des juments mises à la reproduction
-assurer le suivi orthopédique des chevaux de compétition
-faire de la chirurgie (coliques, castrations, orthopédie …)
 
Le vétérinaire peut aussi être formé en ostéopathie ou en dentisterie équine, ajoutant ainsi des cordes à son arc.
 

Comment devenir vétérinaire équin ?

soigner un cheval
Source : Tsaag Valren pour Commons Wikimedia

Pour devenir vétérinaire il faut vouloir faire des études longues ! On va essayer de vous la faire simple.
 
Déjà il y a 5 concours qui se passent au moins à bac + 2 :
-concours A : (444 places en 2016, dont 436 places en option “générale” et 8 places en option “technologie-biologie”)
ouvert aux élèves des classes préparatoires B.C.P.S.T. (biologie, chimie, physique, sciences de la terre) et T.B. (Biochimie – Biologie), offrant la possibilité d’accéder à l’une des écoles des sciences du vivant, dont les quatre écoles vétérinaires.
-concours B : (44 places en 2016) : accessible aux étudiants de 3e année de licence mention sciences de la vie.
-concours C (56 places en 2016) : proposé à des élèves de certains D.U.T. (Diplôme Universitaire de Technologie), titulaires d’un B.T.S.A. (Brevet Technicien Supérieur Agricole) ou d’un B.T.S. avec autres options.
-concours D (4 places en 2016) : réservé aux titulaires d’un doctorat en médecine, pharmacie et sciences
odonto-stomatologiques, diplômes à caractère scientifique et conférant le grade de master.
-concours E (6 places en 2016) : ouvert aux élèves admis aux écoles normales supérieures (3 à l’ENVA et 3 à VetAgroSup)
formation vétérinaire
Crédit : Contre Galop

 

Salaire et conditions de travail du vétérinaire équin

vétérinaire militaire
Source : U.S. Air Force photo/Airman 1st Class Apryl Hall in Minot

Il y a de nombreuses situations possibles pour exercer le métier de vétérinaire. Un vétérinaire peut être salarié au sein d’un gros cabinet ou d’une grosse clinique, très répandu en ville par exemple.
 
Il peut également exercer en libéral, il est donc son propre patron et doit gérer sa clientèle, son personnel… Comme le dentiste ou l’ostéopathe par exemple.
 
Les vétérinaires peuvent exercer en cabinet à titre salarié ou en libéral, mais s’ils sont en zone rurale ils peuvent être ammenés à se déplacer énormément. En équin par exemple le vétérinaire doit se déplacer dans les haras, centres équestres, les élevages ou encore chez les particuliers. Il est donc énormément sur la route.
 
Lors des astreintes, le vétérinaire doit pouvoir être disponible également la nuit ou en dehors des horaires du cabinet afin de pouvoir faire face aux urgences. C’est donc un métier très prenant.
 
L’armée emploie également des vétérinaires qui sont officiers de carrière ou officiers sous contrat.
 
Voilà plusieurs exemples de conditions d’exercice du métier de vétérinaire.
En 2016, en libéral, un vétérinaire gagne entre 1 500 et 7 800 € net par mois, selon son expérience, sa renommée et son lieu d’exercice. On voit bien que vu la variété dans l’exercice du métier il est difficile de donner une fourchette de salaire. Un très grand chirurgien très reconnu n’aura pas la même rémunération qu’un jeune vétérinaire qui vient de s’installer !
 

Voilà vous en savez plus sur ce beau métier de vétérinaire. Une vocation ? Si oui accrochez-vous ! C’est un métier magnifique !

 
Source photo à la une : Karlyne pour Commons Wikimedia

Fermer le menu
×