Pierre durant et jappeloup de luze sur un parcours de cso

Source : Commons Wikimedia

Vous avez sûrement déjà dû entendre parler de Jappeloup de Luze, le fameux petit cheval qui gagne tout ! Mais êtes-vous sûr de TOUT connaître sur lui ?

 

Sa fiche de présentation

Pour prĂ©senter un Ă©quidĂ©, quoi de mieux qu’une prĂ©sentation ? Alors profitez bien de ce petit CV sur mesure ! Jappeloup de Luze a vu le jour le 12 mars 1975, c’est un cheval hongre bai brin foncĂ© d’environ 470kg. Il est nĂ© du croisement d’un trotteur français (Tyrol II) et d’une pur-sang de course (VĂ©nĂ©rable). MalgrĂ© sa toute petite taille d’1,58m, ce mĂ©lange surprenant a permis Ă  Jappeloup d’obtenir son coup de saut mĂ©morable. En effet, il a hĂ©ritĂ© de son père l’Ă©quilibre, le courage, la soliditĂ© des trotteurs, ainsi que leur puissant coup de jarret. Il a pris aux pur-sang, et donc de sa mère, un tempĂ©rament vif, ardent et facĂ©tieux. Un cocktail explosif qui va le rendre unique !

DĂ©clarĂ© comme un selle français, le petit poulain bai brun foncĂ© est Ă©levĂ© par Henri Delage. Ce dernier souhaitait faire naĂ®tre un futur champion de courses hippiques d’obstacles, mais c’est en saut d’obstacles que Jappeloup se dĂ©marque. Il enchaine les parcours de CSO avec beaucoup d’aisance, parmi ses confrères toisant entre 1,70 et 1,75m au garrot. En effet, il montre un respect Ă©tonnant Ă  l’obstacle et multiplie les efforts pour ne jamais toucher les barres. En rĂ©alitĂ©, cette attitude provient de sa peur des obstacles, une peur qu’il arrivera Ă  surmonter peu Ă  peu. 

 

Les débuts avec Pierre Durand

Jappeloup rencontre son futur cavalier alors qu’il n’a que 4 ans, il toisait alors les 1m55. Pierre Durand refuse de l’essayer en raison de sa taille, jugĂ©e trop petite. Il revient finalement sur sa dĂ©cision un an après, surpris des performances du petit cheval. Peu de temps après, le couple s’installe dans les Ă©curies du cavalier Ă  Saint-Seurin et commence Ă  s’entraĂ®ner : Pierre Durand est ambitieux et volontaire. Jappeloup de Luze indisciplinĂ© et plein de fantaisie, aura donnĂ© quelques envies d’abandon Ă  son cavalier.

 

Leurs premiers concours et défis

e couple Jappeloup-Durand s’entraĂ®ne alors très dur chaque jour. En 1980 ils remportent leur première victoire dans la catĂ©gorie des chevaux de cinq ans. Le public les adopte alors rapidement, toujours en grande partie grâce au petit mètre 58 de Jappeloup.

Pourtant, le petit cheval n’ajustait pas toujours son saut et donnait de puissantes poussĂ©es de jarrets qui lui donnaient une bonne marge au dessus des obstacles. Pour remĂ©dier Ă  ce problème qui risquait de fatiguer Jappeloup prĂ©maturĂ©ment, Pierre Durand l’a entraĂ®nĂ© sur des obstacles rapprochĂ©s pour l’inciter Ă  mieux ajuster son effort. Une technique qui porta ses fruits si bien que la saison suivante, en 1981, Jappeloup montre l’Ă©tendue de son talent aux Ă©preuves de jeunes chevaux de Fontainebleau. Il se classe alors en dixième position des chevaux de 6 ans, avec un style qui fait parler de lui. Enfin, un an plus tard et âgĂ© de 7 ans, Jappeloup de Luze devient champion de France. A trois reprises, il rĂ©alise un parcours sans faute, ce qui lui ouvre les portes de l’Ă©quipe de France : une carrière internationale s’ouvre Ă  ce couple prometteur.

 

Un sponsor

Depuis ce jour, le couple ne se quitte plus et forme un des couples Ă©questres les plus lĂ©gendaires de l’histoire des compĂ©titions. Son nom Ă  rallonge n’a Ă©tĂ© rajoutĂ© que plus tard, suite au sponsor d’une maison de cognac fondĂ©e en 1822. Comme vous vous en doutez, elle se nomme « de Luze ». Vous auriez voulu que votre PĂ©pito s’appelle « PĂ©pito Longines » ? (Pour les non-connaisseurs, Longines est une marque de montres haut de gamme qui sponsorise tous les ans le Jumping de La Baule notamment).

 

Sa carrière exceptionnelle

Jappeloup de Luze et Pierre Durand enchaĂ®nent les grandes Ă©preuves, si bien qu’ils gagnent de nombreux titres : Champions de France, champions d’Europe, 11 mĂ©dailles d’or en grands prix (dont 5 en Coupe du Monde et 3 en Coupe des Nations), et leur plus grand titre, champions olympiques aux JO de SĂ©oul.

En 1984, ils participent aux Jeux Olympiques de Los Angeles mais Jappeloup de Luze refuse un obstacle. Dans la chute Pierre Durand enlève mĂŞme le filet de Jappeloup, et sa dignitĂ© au passage ! Petite vidĂ©o de la chute au ralenti pour ceux qui l’auraient manquĂ©e.

Le couple manque la première place aux Championnats du Monde, mais Jappeloup de Luze se distingue sous la selle des diffĂ©rents cavaliers de l’Ă©preuve tournante. En 1987, il rafle le titre de champion d’Europe ! Plus le temps passe, plus la relation entre Jappeloup de Luze et Pierre Durand se bonifie, pour arriver Ă  la consĂ©cration le 2 octobre 1988. En effet, l’Ă©quipe de France arrive 3e aux championnats du monde. Et en individuel Jappeloup et Pierre Durand font un double sans-fautes et leur temps de 119.76 secondes, qui leur permet d’obtenir la mĂ©daille d’or ! Jappeloup enchaĂ®ne les parcours dans un style irrĂ©prochable, vole au dessus des obstacle culminant jusqu’Ă  un mètre 70 ! Il fait tout cela avec une gĂ©nĂ©rositĂ© mĂ©morable, si bien que Pierre Durand lui passe la mĂ©daille sur le poitrail pour le remercier. Il dĂ©clare mĂŞme « mon seul adversaire, c’est moi-mĂŞme ». Voici la vidĂ©o mythique :

Jappeloup de Luze entre alors dans le cĹ“ur des français : il est invitĂ© d’honneur au 13H de TF1 d’Yves Mourousi. En 1986, Jappeloup Ă©tant castrĂ© et ne pouvant avoir de descendance, il est tout de mĂŞme estimĂ© Ă  3 750 000 francs français.

Leur palmarès

  • 1980 : Victoire chevaux de 5 ans
  • 1981 : Epreuves de jeunes chevaux Ă  Fontainebleau – Ils obtiennent la dixième place
  • 1982 : Fontainebleau – Titre de champion de France
  • 1983 : Jeux mĂ©diterranĂ©ens Ă  Rabat – MĂ©daille d’argent par Ă©quipe
  • 1984 : JO Ă  Los Angeles – Chute violente du couple sur un oxer
  • 1985 : Coupe du Monde Ă  Berlin – MalgrĂ© une chute de 2 barres, le couple arrive 3e au classement.
  • 1986 :
    • Fontainebleau – Second titre de champion de France
    • Championnats du monde en Allemagne – MĂ©daille de bronze par Ă©quipe
  • 1987 : Championnats d’Europe – MĂ©daille d’or en individuel et mĂ©daille d’argent par Ă©quipe
  • 1988 :
    • Jeux Olympiques de SĂ©oul le 2 octobre – MĂ©daillĂ© d’or olympique en individuel et l’Ă©quipe de France arrive 3e.
    • Coupe du Monde Ă  Göteborg – Ils obtiennent la seconde place du podium en individuel.
  • 1989 : Championnats d’Europe Ă  Rotterdam – MĂ©daille d’argent par Ă©quipe.
  • 1990 :
    • Championnats du monde de CSO Ă  Stockholm – MĂ©daille d’or par Ă©quipe, oĂą Jappeloup arrive 4e avec un sans-faute et un temps de 96.77 secondes
    • Coupe du monde – MĂ©daille d’argent en individuel

 

Sa retraite grandement méritée

MĂŞme Ă  son plus haut niveau, Jappeloup de Luze profite du prĂ© pendant au minimum deux heures. C’est quand le cheval fait un malaise lors de la dĂ©tente des Jeux Ă©questre mondiaux en Suède que Pierre Durand dĂ©cide de mettre un terme Ă  la carrière de son cheval. Ainsi, Jappeloup part en retraite Ă  l’âge de seize ans, après une carrière de plus de dix ans. Il quitte donc l’herbe des parcours pour celle des prĂ©s de Pierre Durand. Pour cette occasion, un jubilĂ© est organisĂ© au pied de la Tour Eiffel Ă  Paris, au niveau du Champ-de-Mars, avec une compĂ©tition de saut d’obstacle qui a rĂ©uni les 25 meilleurs cavaliers du moment.

Malheureusement Jappeloup dĂ©cède trois mois plus tard, le 5 novembre 1991, d’une crise cardiaque. Pierre Durand est soutenu par la communautĂ© cavalière de France et enterre Jappeloup dans son prĂ©, sur sa propriĂ©tĂ©. En 1997, Jappeloup de Luze est dĂ©signĂ© comme Ă©tant le deuxième cheval le plus performant en CSO depuis la Seconde Guerre mondiale par le magazine Ă©questre « L’annĂ©e Hippique ». Ce choix s’est fait après le vote de 37 experts du monde des sports Ă©questres

 

Et Pierre Durand dans tout ça ?

Il est nĂ© en hiver, un mercredi 16 fĂ©vrier 1955 Ă  Saint-Seurin-sur-l’Isle. Il a passĂ© tout le plus gros de sa carrière aux cĂ´tĂ©s de Jappeloup, et n’hĂ©site pas Ă  le qualifier de « cheval de sa vie ».

En 1993 et jusqu’en 1998, il devient le prĂ©sident de la FĂ©dĂ©ration Française d’Ă©quitation (la FFE), après 20 ans passĂ©s Ă  haut niveau ! De mĂŞme, il est membre de l’acadĂ©mie des sports depuis 1995. En 2006 il devient officier de la LĂ©gion d’honneur, et obtient le badge d’or de la FĂ©dĂ©ration Equestre Internationale (FEI)

En 2007, il devient mĂŞme le principal conseiller sport du futur prĂ©sident de la RĂ©publique Nicolas Sarkozy, et continue par la suite avec la prĂ©sidence de l’INSEP (Institut National du Sport de l’Expertise et de la Performance). AgĂ© de 63 ans aujourd’hui, on espère le voir tenir un rĂ´le dans les JO de 2024 qui se dĂ©rouleront Ă  Paris …

 

Jappeloup de Luze : Un film en son hommage

Pour retracer l’histoire de ce grand champion, un film a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© par Christian Duguay. Sorti en 2013, si l’histoire est entièrement inspirĂ©e de la vie et du parcours sportif de l’homme, des touches personnelles liĂ©es Ă  la vie de l’acteur (Guillaume Canet) se mĂŞlent au scĂ©nario.

Le rôle de Jappeloup, quant à lui, est incarné par neuf chevaux différents : Sympatico, Incello, Baturo, Oceane du Chatel, Seabiscuit, Play Boy ainsi que Power et ses deux fils, Berlioz et Bugue. En effet, plusieurs comédiens à quatre sabots sont nécessaires pour le jouer : au repos, à l’entraînement, sur le plat et à l’obstacle ainsi qu’aux différentes étapes de sa vie.

 

L’avis de Pierre Durand

Dans une interview, Pierre Durand rĂ©vèle que sa relation affective n’est pas la mĂŞme : « Je ne me retrouve pas totalement dans le rĂ´le de Guillaume Canet. Et puis, il y a moi. Ma relation affective et fusionnelle avec Jappeloup a Ă©tĂ© dĂ©placĂ©e sur le personnage crĂ©Ă© de toute pièce du groom, interprĂ©tĂ© par Lou de Lâage. J’ai fait savoir que certains points ne me convenaient pas, mais ils n’ont pas Ă©tĂ© pris en compte. L’essentiel c’est que cela reste un bon film. Cette histoire, mon histoire, a marquĂ© positivement le monde de l’équitation et elle continue. Peut-ĂŞtre que ce film inspirera des vocations de cavaliers et permettra de faire sortir ce sport de son Ă©ternelle confidentialitĂ©. » Ainsi, le champion olympique reproche aux producteurs de se servir du nom de sa monture Ă  des fins commerciales…

En dĂ©pit de ces conflits, le film cumule plus d’un million de spectateurs en moins de 15 jours ! C’est un film qui a sĂ©duit le public, au point de le mettre en tĂŞte du box-office de cette mĂŞme semaine : Jappeloup demeure en tĂŞte du classement, pour l’apothĂ©ose d’une carrière remarquable.

Voici la bande annonce :

 

Alors maintenant, vous savez quoi faire de votre soirĂ©e : regarder Jappeloup ! Mais connaissez-vous l’histoire de VĂ©suve de Brekka, le cheval au bout du monde ? 

 

Source photo à la une : Commons Wikimedia