Top 5 des raisons de faire de l’aquaponeylecture : 7 minutes

aquaponey

Comme tout bon cavalier qui se respecte, vous avez sans doute déjà entendu parler de l’aquaponey, ou même vu quelqu’un avec un t-shirt « Je peux pas j’ai aquaponey ». Mais siiii ! C’est cette discipline qui mélange équitation et natation ! Et comme à la rédac, on adoooore l’aquaponey, on vous donne cinq bonnes raisons d’aller tester ça sur le champ. 

 

Un peu d’histoire de l’aquaponey

Vous vous demandez sûrement quel cerveau un peu siphonné a bien pu inventer cette idée farfelue. Hé bien nous aussi, on se l’est demandé. Et figurez-vous qu’on a trouvé pas mal d’infos intéressantes sur l’aquaponey.

 

Déjà, concernant l’origine de la discipline, deux écoles s’affrontent. La première raconte que l’aquaponey serait né en Afrique du Sud, au début du vingtième siècle. A l’époque, les indigènes auraient eu pour habitude d’utiliser des poneys pour traverser les rivières infestées de crocodiles, histoire de ne pas se faire croquer les guibolles.

 

Cruel, n’est-il pas ? Tellement qu’on a décidé de pousser la réflexion un peu plus loin. Parce qu’on s’est dit qu’une discipline aussi parfaitement bizarre ne pouvait pas trouver sa source dans une pratique aussi barbare. Et voici ce qu’on a trouvé.

 

On raconte que dans les années 1990, un brave paysan vivant dans un trou paumé au fin fond de la Russie en avait marre de s’ennuyer le samedi soir. Il a alors eu l’idée d’organiser des méga soirées cavalières avec tous ses potes du trou paumé en question.

 

Et fatalement, à la fin d’une soirée copieusement arrosée à coups de Vodka, les convives, ronds comme des queues de pelle, ont eu la bonne idée de monter à dos de shetland pour aller se livrer à des joutes endiablées… Dans la mare en contrebas de la ferme !

 

Et voilà, on a découvert l’origine de l’aquaponey !

 

Naissance d’un gros buzz

L’aquaponey, c’est un peu comme le hobby-horsing : c’est complètement wtf, mais ça a fait un buzz de folie.

 

Mais comment est-on passé d’une activité partie d’une grosse blague entre potes, à une véritable discipline hyper connue ?

 

Hé bien figurez-vous que ça vient d’une publicité. Une publicité pour une marque de voiture. Toyota, plus précisément. Et on parie que vous vous souvenez tous de cette fameuse pub Toyota, sortie en 2013. Imaginée par l’agence Saatchi & Saatchi + Duke, la pub a fait un tabac dès sa sortie sur les écrans.

 

Olivier Gamblin, directeur artistique, expliquait à l’époque que l’idée était venue de cette tendance qu’ont les femmes à toujours vouloir innover en matière de sport. Il a alors eu envie d’inventer un nouveau sport, fictif bien sûr. Et comme on a tous surkiffé cette pub, on vous offre une petite séquence nostalgie.

Crédit vidéo : Pierre Ristic

Mais ce qu’il n’avait sans doute pas vu venir, c’est tout le buzz que cette publicité a généré après sa sortie. A tel point qu’aujourd’hui, on a même une fédération française officielle d’aquaponey !

 

Et pour que le rêve devienne réalité, le centre aquatique Aquavire, situé dans le Calvados, a même organisé un cours d’aquaponey à Noël en 2015. Quelques shetlands, des cavalières motivées, un coach spécialement dépêché pour l’occasion… Et l’aquaponey prend vie !

 

Bon, on ne vous cache pas que depuis, le soufflé est quelque peu retombé. Difficile donc de dire si vous allez pouvoir assouvir votre rêve de faire l’aquaponey un jour…

 

Alors en attendant, voici 5 bonnes raisons de se mettre à l’aquaponey !

 

5. C’est un sport unique en son genre

aquaponey sport

Source : Shutterstock

Certes, un peu perché mais volontiers avant-gardiste, l’aquaponey est réellement un sport unique en son genre.

 

Même si, clairement, on imagine mal emmener son gros poney à la piscine, réserver un vestiaire à son nom et lui faire tremper les sabots dans le pédiluve.

 

Mais pensez à la classe que vous aurez devant les mémères du samedi matin, quand vous arriverez en disant « hier j’ai fait aquaponey » !

 

Les mauvaises langues vous traiteront peut-être de fou furieux. Mais il vous suffira de leur répondre que vous êtes un avant-gardiste ! En général, ça leur cloue le bec aussi sec… Z’avez compris la blague hein ? Rassurez-nous…

 

4. On se muscle en douceur (et poney aussi)

L’aquaponey, c’est un mélange entre la gym et la natation. Et comme on flotte dans la piscine grâce à ce bon vieil Archimède (Cf. cours de physique de troisième pour les incultes), l’effort est plus progressif.

 

Si on veut pousser un peu plus le raisonnement scientifique, on dira que l’eau crée une résistance au mouvement, qui permet de solliciter davantage les muscles pour se mouvoir. Et c’est valable pour tout le monde, cavalier et poney !

 

Et si on veut pousser encore plus le raisonnement psychologique, on dira que l’eau nous rappelle notre doux séjour dans le ventre maternel…

 

Bref, l’aquaponey c’est du sport tout en douceur quoi.

 

Le tout en bossant la désensibilisation de ponito dans l’eau. Ça lui permet aussi de travailler sa musculature tout en douceur.

 

Et en plus, on concilie deux disciplines sympas : l’eau et l’équitation ! Si c’est pas beau ça…

 

3. Pour l’aquaponey, pas de besoin de se ruiner en équipement

faire de l'aquaponey

Crédit : Contre Galop

Hé ouais, c’est un avantage sympa de l’aquaponey.

 

 

Contrairement à l’équitation classique, où il faut taper dans le budget carottes de Kiki des bois pour s’acheter tout un attirail de cavalier, l’aquaponey ne nécessite aucune dépense.

 

Fini la paire de bottes à 500 boules, ou la Samshield customisée qui coûte un smic ! Et la peur du pantalon blanc plein de boue les jours de concours : envolée !

 

Pour l’aquaponet, un maillot de bain et un bonnet de piscine suffisent.

 

Pour nous et pour le Kiki en question bien sûr ! Par contre, on n’a pas encore trouvé de bonnet spécial poney chez Padd, donc si vous avez des tuyaux…

 

Ah, et il faut prévoir une méga grande serviette pour Kiki pardi. On ne peut pas tout avoir… Mais si vous êtes un peu doué en couture, vous pouvez en faire une vous-même en patchwork, avec plein de petites serviettes.

 

Comme ça, en plus d’être un avant-gardiste en faisant de l’aquaponey, vous serez aussi un avant-gardiste de la couverture !

 

2. Le risque de chute diminue

aqua poney

Crédit : Contre Galop

Enfin, c’est pas vraiment le risque de chute à proprement parler qui diminue.

 

Parce que bon, si ponito décide de taper un coup de cul dans l’eau oklm, vous avez peu de chances de rester dessus malgré tout.

 

Mais disons que tomber dans l’eau, c’est clairement moins douloureux que de manger le sable après un refus !

 

Avec l’aquaponey, plus besoin de gilet airbag, de bombe ou de papier bulle pour les plus trouillards.

 

Et c’est d’ailleurs bien la seule fois où on vous dira que la bombe n’est pas obligatoire à cheval !

 

L’aquaponey, c’est donc une discipline idéale pour ceux qui aiment faire du poney, mais qui n’aiment pas tomber.

 

 

Ce qui est un peu con d’ailleurs, parce que tout le monde sait que tout ce qui toise moins d’un mètre au garrot, c’est le diable…

 

1. L’aquaponey, the best excuse ever

Je peux pas j'ai aqua poney

Crédit : Contre Galop

Qui n’a jamais rêvé de pouvoir sortir cette fameuse excuse après une sortie loupée parce qu’on était au chaud sous la couette ? L’aquaponey, c’est toujours une belle excuse pour éviter une sortie ! Et ça se prête à toutes les situations en plus !

 

La flemme d’aller en soirée cavalière ? J’peux pas, j’ai aquaponey !

 

 

Pas envie d’accompagner votre moitié au repas de famille ? J’peux pas, j’ai aquaponey !

 

Vous voulez zapper l’anniversaire de l’arrière grand-oncle du cousin de votre mère ? J’peux pas, j’ai aquaponey !

 

Alors que ce soit vrai ou pas, ça reste l’excuse la plus classe du monde !

 

N’hésitez jamais à la balancer à tour de bras, à chaque fois que vous avez la flemme d’aller quelque part ou que vous n’avez pas envie de froisser l’arrière grand-oncle en question.

 

 

Comme ça, au lieu de passer pour un gros flemmard, vous passerez pour quelqu’un d’overbooké, qui pratique des activités hyper trendy ! Ouais, vous pouvez le dire comme ça, en anglais ça fait toujours plus classe…

 

BONUS : même en hiver, on est au chaud

Hé ouais, il faut reconnaître que ça c’est assez chouette.

 

Imaginez-vous en plein hiver, par -2 degrés. Déjà, il faut aller chercher le poney au fond du pré dans le noir, parce qu’il fait nuit à 15 heures. Ensuite il faut le seller avec les mains gelées, au risque de perdre deux doigts en sanglant.

 

Et après, ce sont les coups de cul de Kiki, beaucoup trop excité par le froid mordant, qu’il faut affronter.

 

Et si après ça on est encore en selle, il faut bien une trois quarts d’heure pour se réchauffer entièrement.

 

Ce qui fait qu’on peut commencer à bosser réellement au bout d’une heure en fait ! Dommage, c’est aussi au bout d’une heure qu’on doit descendre de cheval…

 

Avec l’aquaponey, on oublie tout ça ! Un petit plongeon dans une eau à 30 degrés, et c’est le bonheur ! Pendant que tous ces abrutis se pèlent le cul dans la carrière…

 

Mais pourquoi on y a pas pensé plus tôt à l’aquaponey ? On vous le demande !

 

Alors, on parie qu’après ça vous allez courir vous inscrire au prochain cours d’aquaponey de votre ville ! Et n’oubliez pas de faire tourner la petite photo de vous et de poney en bonnet de bain ! 

 

Source photo à la une : Pixabay, montage par Contre Galop

mm
Marine Martinez
Esclave en chef bientôt à la retraite
//]]>