Top 5 des faits qui prouvent que l’équitation est un sport

On a tous entendu quelqu’un dans notre entourage, bien souvent novice et très moqueur, dire la phrase qui peut nous donner des envies de meurtre : “Non mais l’équitation c’est pas un sport” ou encore “C’est le cheval qui fait tout !”. Voici donc pour tous les non initiés, la bible qui vous prouve que oui, l’équitation est un sport.

 

5. Qu’est ce qu’un sport ?

Gros poney mignon
Crédit : Enjoy de @Enjoythereaction

L’équitation est « la conduite du cheval sous l’action de l’homme ». Cette discipline réunit donc deux espèces biologiques différentes, l’être humain et l’équidé.

Ou autrement dit, Bibi et son cachalot légèrement enrobé dans certains cas … (C’est ce qui les rend adorables !).

Les disciplines d’équitation sont très nombreuses et variées : CSO/hunter, dressage, cross, horseball, pony game, endurance, voltige, randonnée, c’est assez varié !

Voici le petit plus qui redonne espoir en l’égalité homme-femme : en compétition, l’équitation est l’un des rares sports où hommes et femmes concourent à égalité.

Donc les distinctions se font selon le niveau des cavaliers, des chevaux, et la difficulté des épreuves. En plus, l’équitation est un sport représenté sous plusieurs formes aux Jeux Olympiques.

Le sport moderne se définit par 4 éléments indispensables :

  • Un effort physique : Vos cuisses doivent sûrement se souvenir de la dernière séance de mise en selle !
  • Une pratique orientée vers la compétition : Est-ce que des noms comme Pénélope Leprevost, Steve Guerdat, ou encore Kevin Staut vous disent quelque chose … ?
  • Une activité institutionnalisée, ses règles tendent à être identiques pour l’ensemble de la planète : Une barre vaut toujours 4 points au Etats-Unis, à Hawaï ou même en Macédoine ! (Oui oui, c’est bien le nom d’un pays .. Allez réviser votre géographie !)
  • Une pratique fédérée : Il y a quelque chose qu’on appelait de notre temps la “FFE”, on ne sait pas si vous vous en rappelez …

On va s’arrêter là, car ces faits démontent clairement la phrase cliché “l’équitation, n’est pas un sport”. Mais des arguments, on en a d’autres, alors continuons !
4. Une bonne condition physique indispensable 

Qui dit équitation, dit muscles fuselés. Donc monter à cheval signifie que dès le démarrage, vous travaillez le trot et le galop dit “enlevé”, c’est-à-dire en suspension.

Autant dire que vous sollicitez vos muscles profonds : principalement ceux des abdos, des dorsaux et des adducteurs. Alors à vous le corps de rêve pour arpenter les plages cet été ! Par ailleurs, pour contribuer à votre “assiette” (ce mouvement de fesses épousant le mouvement du cheval qui semble tellement naturel chez certains), vous allez miser sur vos muscles fessiers et vos adducteurs.

Joli galbe assuré ! Et encore mieux que la musculation en salle ou le crossfit … L’équitation est un sport !

Aussi, vous devez anticiper le mouvement de l’animal. C’est fondamental, plutôt que de chercher à résister au déplacement, vous devez l’accompagner tout en gardant le contrôle. Donc c’est un objectif qui va vous demander de développer vos qualités d’équilibre.
3. Un vrai mental

En plus d’avoir de bonnes aptitudes physiques, ça demande aux cavaliers un mental à toute épreuve.

Le cheval perçoit très justement les émotions de son cavalier. Un cavalier qui lance son cheval devant un obstacle sans en être convaincu à 100%, aura très peu de chances de le franchir !

Alors préparez vos playlist de combattant, on vous attend au tournant ! Le cavalier doit être capable de se remettre continuellement en question car, ne l’oublions pas, un cheval reste un animal imprévisible. Toute erreur d’appréciation de la part du cavalier peut avoir de lourdes conséquences.

(On vous a fait flipper, ça a bien marché ?)

 

2. L’équitation est un sport, même quand on n’est pas sur son cheval

chevaux champs
Crédit : @Enjoythereaction

Il n’y a d’ailleurs pas que la monte en elle-même qui est sportive. Et oui, la pratique de l’équitation peut combiner tout un tas d’autres actions dans le quotidien. En voici juste quelques exemples :

  • Aller chercher son cheval au pré avant de s’en occuper. Un pré peut faire parfois plusieurs hectares, il suffit que notre compagnon ne soit pas à l’entrée et c’est parti pour vagabonder un moment avant de l’attraper !
  • Monter un parcours d’obstacles. Croyez nous, les chandeliers en métal et les barres bien lourdes, c’est loin d’être un cadeau pour tout installer !
  • Quand notre cheval est blessé ou en convalescence. On a souvent un programme très strict et minuté à suivre : par exemple, marcher 3 fois par jour pendant 30 minutes. Et ce par tous les temps. Tôt le matin avant d’aller travailler, le midi et le soir. Evidemment.
  • Vous avez déjà empoigné une fourche ? Pour faire un box ? Faites le test et on se retrouve après…

 

1. Une détermination

Quand on pratique l’équitation, on s’entraîne encore et encore pour progresser. On passe aussi par des phases où on a l’impression qu’on ne va jamais y arriver, on tombe, on se relève et on réessaye encore et encore !

Et bien souvent on est dehors par tous les temps, quand d’autres restent bien au chaud sous leur couette… Il faut être prêt à surmonter tout ça pour être cavalier ! 

L’équitation est aussi un sport complet, un des seuls sports pratiqués avec un être vivant… et même le seul sport individuel qui se pratique à deux !

Pouvoir danser avec un équidé de 500kg peut paraître simple de premier abord, mais une fois dessus, vous vous rendez compte de la complexité de la chose…

 

On parie que tous les cavaliers seront d’accord pour dire que l’équitation est un sport ! Non ?

 

Crédit photo à la une : Pxhere

Louise Lecomte

Louise Lecomte