Qu’est ce que le cabrer ?

Le cabrer est un mouvement dans lequel le cheval se dresse plus ou moins verticalement sur ses postérieurs. Normalement, le cheval sait cabrer tout seul, puisque c’est une position naturelle de défense. Mais elle reste rare chez les chevaux adultes. Cependant, il peut être appris comme un geste au cheval. Le cabrer fait partie de la famille des figures dites « Airs relevés ».

 

Qu’est-ce que la famille des airs relevés ?

Les airs relevés, appelés aussi les sauts d’école, sont des figures de dressage très techniques. L’objectif de départ était que le cheval quitte le sol. Soit juste au niveau de son avant main, soit des 4 fers de manière simultanée.

 

Les airs relevés sont apparus pendant la renaissance, en Italie. Aujourd’hui, ces figures de dressage sont apprises dans les plus grandes écoles d’équitation, comme Saumur. Voici les principaux airs relevés enseignés actuellement.

 

La courbette

Cadre noir Courbette
Source : Wikimédia commons par Alain Laurioux

 

Cette figure consiste à faire lever les antérieurs du cheval de telle manière que les postérieurs forment un angle de 35° avec le sol. Entre 35° et 45°, la figure s’appelle la pesade. Au-delà de 45°, c’est le cabrer.

 

La croupade

Cadre noir Croupade
Source : Wikimédia commons par Alain Laurioux

 

L’objectif de cette figure est de faire faire une ruade à son cheval. Mais ce dernier doit réussir à déplier complément ses postérieurs pendant l’exécution de sa figure.

 

La Cabriole

Gravure d'une cabriole
Source : Wikimédia commons par Livre de La Guérinière Gravures de Charles Parrocel

 

C’est exactement la même figure que la croupade. La différence réside dans le fait que le cheval doit bondir en l’air avant de lancer ses postérieurs. La cabriole est un saut classique dans l’apprentissage des écuyers à Saumur.

 

Comment obtenir le cabrer ?

Spectacle équestre cabrer
Source : Wikimédia commons par Tsaag Valren

 

Obtenir le cabrer est un exercice relativement facile. Il suffit de demander au cheval faire un mouvement rapide, tout en lui empêchant d’avancer ou de passer du mouvement l’arrêt net.

 

Le but ici est d’exploiter le réflexe naturel de défense du cheval, qui se cabre dans la nature pour éloigner les prédateurs.

 

Normalement, le cheval va monter en pression et va chercher à se défendre en se cabrant. Dès le cabrer obtenu, le cavalier va rassurer et féliciter le cheval.

 

Comment maîtriser le Cabrer ?

Cheval au cabrer
Source : Pixabay

 

Apprendre le cabrer à un cheval peut être très dangereux ! Il ne faut pas oublier que le cabrer est avant tout une réponse instinctive à une peur. Cela peut donc engendrer du stress à votre ami. De plus, cela peut dégrader la relation de confiance qui vous lie l’un à l’autre.

 

Pour commencer, il faut bien choisir à quel cheval voulez-vous apprendre le cabrer. Il faut se poser quelques questions élémentaires : est-il craintif ? Est-il trop jeune ? A-t-il une bonne maturité ? A-t-il pleinement confiance en son cavalier ?

 

Ensuite, le jour où vous prévoyez de lui apprendre cette figure, faite en sorte que votre équidé soit le plus concentré possible et calme. Puis, surveillez votre manière de lui apprendre le cabrer.

 

Ne soyez pas trop ferme. Faite en sorte d’utiliser le moins de pression possible sur les rênes pour ne pas brusquer le cheval. Et pour finir, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel, pour éviter toute erreur aux conséquences irréversibles pour le cheval.

 

En conclusion, le cabrer est une figure délicate de la famille des airs relevés. Aujourd’hui il est enseigné dans les grandes écoles de dressage à travers le monde. Et bien que la figure soit simple, son apprentissage reste complexe et délicat. Mieux vaut donc faire appel à un professionnel pour travailler dans le respect du cheval. 

 

Source photo à la une : Pixabay

Ronald Martin

Ronald Martin