Les plantes toxiques pour les chevaux – Le guide complet

On dit que rien ne vaut un cheval à l’herbe l’été et au fourrage l’hiver. Pour ne pas que cette bonne pratique devienne un stress pour vous et un danger pour votre cheval, il est important de savoir quelles plantes toxiques sont présentes dans vos prés. Elles ne sont pas toutes comestibles et peuvent être nuisibles pour la santé de votre compagnon. Mais, pas de panique et avant d’arracher le moindre pissenlit dans la pâture ou d’ouvrir toutes vos bottes de foin, nous vous proposons ce guide des plantes toxiques.

 

1. Un instinct naturel

poulain au pré
Source : Pixabay

Comme le disait le si célèbre Jean Pierre Coffe :

« ça se bouffe pas… ça se mange ».

C’est bien vrai, un cheval “bouffe” tout et souvent n’importe quoi mais seulement s’il est vraiment affamé ou si l’ennui le guette.

Votre cheval est plus intelligent qu’on ne le pense. Souvent, il va éviter naturellement ce qui est mauvais pour lui.

Le poulain apprend dès son plus jeune âge par mimétisme à détecter ce qui est bon ou mauvais. C’est en partie pour ça qu’il est important de le laisser avec sa mère le plus longtemps possible avant le sevrage.

La domestication du cheval et sa mise au pré vont réduire cet instinct naturel et limiter ses recherches de « bonne nourriture ». Les incidents d’ingestion des mauvaises plantes toxiques peuvent alors arriver à ce moment.

 

2. Les plantes toxiques identifiables

berce du caucas
Source : Pixabay

En France, il existe assez peu de plantes réellement dangereuses pour le cheval. La majorité des plantes toxiques sont connues et facilement identifiables dans les prés surtout à l’état vivace (non séchées).

On distingue tout d’abord les plantes dites nocives Légèrement toxiques, elles vont provoquer des troubles passagers,

Viennent ensuite les plantes toxiques, les vraies cette fois. Ce sont celles-ci qui vont générer des problèmes à vie, et qui peuvent même entraîner la mort si l’ingestion est supérieure à 200g ou 300g.

tableau plantes nocives
Source : Pixabay
tableau plantes toxiques
Source : Pixabay

 

3. Les plantes toxiques difficilement identifiables

Cheval bouton or
Source : Pixabay

La majorité des intoxications se fait le plus souvent par des plantes qui se trouvent sous forme sèche.

Les propriétaires ne détectent souvent pas à temps ces plantes toxiques, même s’il y a de plus en plus de sensibilisation à ces risques d’intoxication.

Entre l’herbe sèche, les plantes comestibles ou toxiques et celles d’une même couleur jaune, il est bien difficile de savoir ce qui est mangeable.

Pas de panique, voici un petit tableau des plantes que l’on confond le plus souvent.

plantes non identifiables
Source : Pixabay

 

4. Que faire en cas d’empoisonnement aux plantes toxiques ?

Source : Pixabay

La première chose à faire est de ne pas paniquer. Pas facile, tant les symptômes d’une intoxication aux plantes toxiques peuvent être impressionnants, mais il en va de la survie de votre cheval. Commencez par lui retirer toute eau ou nourriture, et contactez le vétérinaire.

Sachez que le sphincter œsophagien du cheval ne s’ouvrant que dans un sens, il ne peut pas vomir. Il lui sera donc impossible de régurgiter la plante toxique.

Dans un second temps, faites-le marcher si c’est possible mais ne le laissez pas se rouler ou se coucher. Puis, si vous en avez la possibilité, prenez la température ainsi que le rythme cardiaque de votre cheval pour rendre encore plus rapide l’action du vétérinaire.

Enfin, n’hésitez pas à garder un échantillon de la plante toxique ingérée. Ainsi, il sera encore plus simple d’évaluer les risques.

En conclusion, rien ne vaut une bonne connaissance de l’alimentation de votre cheval et la composition de vos prés pour éviter toute mauvaise surprise.

 

5. Quelques pistes pour s’informer sur les plantes toxiques

Toxiplant application
Crédit : Agroscope

Il existe des centaines de plantes toxiques. Les principales et les plus répandues ont été présentées dans cet article.

Mais parce qu’il est impossible de répertorier toutes les plantes toxiques existant, voici quelques idées d’applications et sites pour vous informer d’avantage.

Une application Suisse Agroscope Toxiplant est disponible sur l’Apple store et recense plus de 70 plantes dangereuses pour les chevaux ( nom, descriptions, photos…). Toxiplant propose aussi quelques mesures à prendre en cas d’ingestion.

Si vous ne possédez pas d’Iphone, d’autres applications du même type sont disponibles pour Androïd, comme PlantNet.

En France, le RESPE (Réseau d’Epidémio-Surveillance en Pathologie) fournit une liste de plantes toxiques avec les zonages de celles-ci. Vous pouvez notamment leur envoyer des photos des plantes de vos pâtures par email pour évaluer leur toxicité.

 

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour éviter l’intoxication de votre cheval aux plantes toxiques. En cas de doute, faites appel à votre vétérinaire. Et n’oubliez pas que même une bonne plante, si elle est consommée à très fortes doses, peut devenir nocive pour n’importe quel cheval.

 

Source photo à la une : Pixabay

Marie Chevallier

Marie Chevallier

30 ans, j'aime les poneys, les paillettes et j'assume