Les bonnes raisons de ne pas monter en extérieur

Joseph Lambert
Joseph Lambert
Boss du game, tortionnaire de rédacteurs

Nos vidéos

Tous les coachs vous le diront : monter en extérieur, c’est que du bonus pour les cavaliers comme pour les chevaux ! On doit s’adapter au terrain, ça fait prendre l’air, on change nos habitudes toussa toussa… Oui, mais non en fait. Nous on n’aime pas monter en extérieur, et on vous dit pourquoi dans cet article ! 

 

Les chevaux sont ingérables

Parce que les chevaux à la base, c’est quand-même un peu simplet comme bête : ça a peur de tout ce qui bouge et de tout ce qui bouge pas. Les mouches qui pètent, les feuilles qui volent, les oiseaux qui chient… Et la liste est longue ! Alors déjà qu’en carrière ou en manège ils font les cons, alors en extérieur… On vous laisse imaginer ce que ça peut donner en toute liberté, sans barrières pour les retenir ! On vous souhaite d’avoir une assiette en or des dieux et des gants solides ! Ben ouais, pour pas vous éclater les doigts quand Black Pearl, votre jeune cheval toufou, tapera un départ oklm.

Monter en extérieur, ça glisse 

Ben oui, qui dit extérieur dit forcément terrain différent. Généralement c’est de l’herbe, mais selon l’endroit où vous montez ça peut aussi être de la terre, des feuilles mortes, de la bouillasse qui ventouse bien les sabots ou même tout ça à la fois. Et ça, c’est le genre de truc qui a tendance à patiner à mort dès qu’on accélère un peu l’allure, surtout si on a un cheval ferré. Et encore, on vous parle pas des épaules en dedans : va vraiment falloir que les coachs fans d’extérieur nous expliquent comment on peut trotter sur trois pistes alors qu’il y en a même pas, de piste !

Ça fait mal si on tombe 

Bon ok, personne n’aime tomber hein. Mais faut avouer qu’à force de se prendre des pelles tous les vendredi soir, on avait fini par s’habituer au doux matelas de sable du manège. Et même le sable de la carrière est moins dur que le terrain en extérieur ! Parce que l’herbe pleine de caillasse, de mottes de terre laissées par les taupes, voire même de souches d’arbres, c’est quand-même pas super agréable quand on tombe dessus… Alors si vous aussi vous avez un moniteur qui ne vit que pour l’extérieur, on vous conseille d’investir dans un air bag, ou au moins un gilet de cross !

On risque de se prendre un tronc à tout moment 

tronc d'arbre extérieur
Source : pixabay

Ou un trou de lapin, au choix. Et là ça devient de suite un peu moins fun de monter en extérieur… Ben oui, tout le monde n’a pas la chance d’avoir une belle clairière sans aucun obstacle à proximité ! Des fois, on est obligé de composer avec le terrain qu’on a. Ce qui implique de rencontrer des souches, des branchages et des arbres centenaires. Vous savez, ceux qui font bien mal quand on s’en prend un en pleine tronche parce qu’on a un poney qui n’a pas conscience d’être accompagné ! Petite astuce si c’est votre cas : si vous voyez Pégase se rapprocher dangereusement d’un gros tronc de chêne, tendez votre bras jusqu’à toucher le tronc et il s’en éloignera instinctivement.

Il y a plein d’autres animaux pas gentils 

Genre des petits lapins, des chouettes, des mulots… D’autres chevaux aussi des fois, comme Joseph, le gros trait breton qui se la coule douce dans le pré voisin. Même une vache qui s’est carapatée de l’abattoir d’à côté ! Et des chèvres aussi, et les chèvres ça crie. Et ça pue aussi. C’est pas cool les chèvres.

Nous y voilà, on vient de vous prouver par a+b que monter en extérieur c’est vraiment nul. Alors chérissez ces doux moments passés enfermés dans la carrière. Parce que quand elle sera immobilisée pour une durée indéterminée à cause d’un problème d’affaissement, vous la pleurerez votre carrière chérie… 

Crédit photo à la une : Les aventures d’Action et Enjoy

Articles random