5 types d'écrabouilleurs d'orteils

Joseph Lambert
Joseph Lambert
Boss du game, tortionnaire de rédacteurs

Nos vidéos

Ah, cet adorable Gripoil ! Tout gentil comme tout, avec ses poils duveteux sur le nez qu’on bisouille, sa crinière qu’on peigne avec soin, ses jolis petons qu’on graisse avec amour pour soigner la corne… Attendez une minute. Est-ce qu’on vient de complimenter ses pieds ? Cet instrument de torture qu’il nous pose allègrement sur le petit orteil à chaque occasion ? On sait qu’il ne fait pas exprès (quoique), mais quand même… Faisons le tour de ces 5 écrabouilleurs d’orteils qu’on adore quand même.

 

L’innocent

écrabouilleur d'orteils innocent
Source : pixabay

« Moi, te marcher sur le pied ? Jamais ! ». Lui, sa spécialité, c’est de poser discrètement le bout du sabot sur l’orteil, puis de l’enlever tout de suite derrière, en nous regardant de son air de merlan frit. Une véritable tête à claques, qui vient de nous exploser notre belle paire de bottes toutes neuves et a l’air de se demander pourquoi on le fusille du regard.

 

Le 35 tonnes

écrabouilleurs d'orteils trait
Source : commons.wikimedia

On connaît tous un charmant Gripoil qui a des kilos en trop. La graisse bloblotte sur l’encolure tel Hulk Hogan, le gros trait ardennais mais tant pis, on l’aime quand même ! En plus, c’est souvent une assurance tout-risques, il met jamais personne par terre. Par contre, quand son pied de la taille d’une assiette atterrit sur la botte, bah ça fait tout drôle. C’est pas 35 tonnes, mais c’est déjà 700 kilos. Même quand le contact est court, il est douloureux…

 

Le vicieux

cheval vicelard
Source : pixabay

Lui c’est un de ces écrabouilleurs d’orteils bien démoniaque. Pas besoin de faire 700 kilos pour faire mal : tout est dans le dosage ! L’astuce, c’est de le poser de manière à appuyer sur l’os de l’orteil, et ensuite, de reposer tout son poids dessus. Et d’y rester, bien sûr, sinon c’est pas drôle : parce que comme ça, il a en plus la vue presque jouissive de son cavalier s’escrimer à lui pousser l’épaule de toute ses forces.

Le néophyte

écrabouilleur d'orteils
Source : shutterstock

Ou celui qui ne sait pas, c’est plus accessible. Le débutant des écrabouilleurs d’orteils quoi. Mise en situation : Pompon, 2 ans, part pour une longe vers le manège, et marche pour la première fois de sa vie sur un pied de bipède. Comme la pub des yaourts : à la fois ferme et fondant, mou mais résistant en même temps, et l’humain qui se met à crier / lâcher un juron (barrer la mention inutile). Qu’est-ce que c’est que ça ?! Du coup, soit on saute en l’air de surprise, soit on reste comme ça et on renifle, voir si ça se mange…
 

Le précieux, le plus chiant des écrabouilleurs d’orteils

écrabouilleur d'orteils
Source : pixabay

Sûrement le plus relou de tous les écrabouilleurs d’orteils. Non seulement ça fait toujours mal de se faire marcher dessus, mais c’est encore pire quand le cheval à côté fait dans l’extrême. « Pardon pardon pardon pardon…. ». S’il pouvait parler, on en aurait pour au moins deux heures ! Limite, il est plus traumatisé que nous par l’incident. Du coup, il se retire avec un écart et ne s’approche même plus.
 

Alors, vous avez lequel à la maison vous ?

 
Source photo à la une : Wikipédia

Articles random