10 erreurs classiques à l’achat d’un premier cheval

Elise Obolensky
Elise Obolensky
Les articles putaclic qui parlent de gens qui tombent et qui se bourrent la gueule, c'est moi.

Nos vidéos

Table des matières

Devenir propriétaire de son premier cheval c’est un peu comme un rêve qui se réalise ! Le problème c’est qu’on en a tellement rêvé qu’on est souvent bourré de préjugés débiles et pas toujours vrais… Voici sans plus attendre la liste des erreurs à ne pas faire quand on achète son premier cheval.

 

Avoir une idée physique trop précise

 premier cheval
Source : Pixabay

« Ça sera un hongre, pie noir, d’1m67, avec une liste, âgé de 6ans ! » Autant dire que vous êtes mal barré si vous commencez avec des critères physiques aussi serrés ! Au mieux, vous allez passer six mois à chercher votre perle rare pour au final vous retrouver avec une jument alezane (que vous adorerez mais que vous auriez pu trouver bien plus tôt). Au pire, aveuglé par votre idée vous allez acheter un cheval qui ne vous conviendra pas juste parce qu’il possède les bonnes caractéristiques physiques. Dommage… Les chevaux c’est comme les amoureux, pour que ça dure, c’est la beauté intérieure qui compte ! Le plus important est donc de raisonner en fonction de vos objectifs et de chercher un cheval qui pourra vous amener à les réaliser. Ne vous enfermez pas dans des critères de beauté subjectifs, de toute façon votre cheval sera toujours le plus beau à vos yeux !

Vouloir chercher tout seul 

« Je vais trouver mon cheval tout seul sans l’aide de personne ! » Grosse erreur du débutant : vouloir trouver et acheter son poney tout seul comme un grand ! Ok c’est romantique mais c’est le meilleur moyen de se tromper ! Comme quand vous étiez persuadé que ce short ultra-échancré vous seyait à merveille dans la cabine d’essayage de chez Zara… Ou de se faire entuber, comme quand la vendeuse vous a dit que ces chaussures allaient se détendre. L’aide d’un professionnel est donc nécessaire pour savoir où chercher, quoi chercher, comment chercher et au final quoi acheter. Bien sûr vous êtes libre de l’écouter ou pas mais c’est toujours bénéfique de croiser les avis, croyez-nous.

Recaler les « vieux » 

« Je ne veux pas d’un vieux cheval je vais m’ennuyer avec. » On a trop souvent une mauvaise image des chevaux qui ont pris un peu d’âge. Non un cheval de 10 ans n’est pas forcément « mou », « blasé », « cassé » ou encore « ennuyeux » ! Et oui, pour un premier achat c’est une très bonne idée. Quoi de mieux qu’un cheval avec un peu d’expérience pour vous aider à apprendre votre nouveau rôle de propriétaire ? Lui au moins il connait son métier et pourra vous emmener en balade, en concours ou en carrière en (presque) toute sécurité. N’allez pas croire qu’ils sont tous blasés, le cheval d’école se fera un plaisir de faire racler le sol à vos dents si vous ne lui expliquez pas les choses gentiment ! Et de vous pardonner vos trois georgettes d’affilé lors de la séance suivante….

Oublier les frais annexes

frais achat cheval
Source : Pixabay

« Celui-ci est annoncé à 5000€, je vais donc débourser 5000€ ». Hé ouais, car dans le coût d’achat d’un cheval il n’y a pas QUE le prix dudit cheval… Un cheval annoncé à huit mille euros, ne vous coûtera pas exactement cette somme là. Il faudra y ajouter la visite vétérinaire, peut être une commission, un transport, des soins, la carte de propriétaire, l’assurance, etc. Tous ces frais viennent s’ajouter au prix, TVA non comprise ! Ne les négligez pas, ils sont inhérents à l’achat d’un premier cheval.

Tout croire sur parole 

« On m’a dit qu’il passait les bidets sans souci ! » Ce n’est pas parce que le vendeur est sympa (ou super canon) que vous devez croire tout ce qu’il vous racontera sur son cheval ! Renseignez-vous toujours sur la monture que vous convoitez. Allez checker ses éventuels résultats en concours sur FFE compet, regardez s’il possède une visite vétérinaire, n’hésitez pas à demander à venir le réessayer, voire à le prendre à l’essai (si le vendeur est d’accord). Faites-vous accompagner par la personne qui vous encadre pour avoir un autre avis. Bref, ne foncez jamais tête baissée !

Choisir un premier cheval le plus jeune possible

jeune cheval
Source : Pixabay

« Bah oui comme ça il durera plus longtemps ! Malin hein ! » Ou pas… Un cheval c’est pas comme un pull qu’on achète un peu trop grand « parce que comme ça on va grandir dedans ». Choisir un jeune cheval n’est pas une décision à prendre à la légère, serez-vous capable de l’éduquer ? Êtes-vous suffisamment encadré ? Avez-vous assez d’expérience ? Serez-vous toujours cavalier dans dix ans ? Il est important de se poser toutes ces questions avant de vous lancer dans l’aventure avec un jeune cheval qui effectivement va vous suivre trèèèès longtemps ! Parfois des projets professionnels (hop ! Muté à Dubaï !) ou personnels (hop ! Un bébé !) peuvent influencer notre vie équestre, n’oubliez pas cela.

Vouloir l’exclusivité 

« Je veux un cheval qui n’a jamais été monté comme ça je serai son seul et unique cavalier pour toute sa vie ! » Fantasme du cavalier de club trop longtemps frustré d’avoir du partager son poney préféré, le cheval « jamais monté par personne d’autre » est une belle connerie.  Ce n’est pas parce que votre futur cheval a eu des cavaliers avant vous que vous ne pourrez entamer une « vraie » relation ensemble. Pour résumer, un cheval c’est comme une relation amoureuse avec une moitié non cavalière. Chacun a eu une vie avant l’autre et c’est ce qui fait tout le charme !

Se méfier de tout le monde 

« Pour acheter un cheval on ne peut faire confiance à personne ! » Entre le marchand qui veut vous refiler le tréteau de sa collection, le coach qui va vous ruiner en commission, le vétérinaire qui aimerait vendre son opération et l’éleveur qui tente d’écouler sa production, le futur acheteur peut vite devenir parano. L’erreur serait de n’écouter personne et de se débrouiller tout seul. On l’a déjà dit, c’est une mauvaise idée. Tous les professionnels ne sont pas là pour vous arnaquer (certains oui, mais pas tous) ! C’est bien de se renseigner de son coté mais n’oubliez pas de vous entourer de gens compétents et en qui vous avez confiance, grâce à leur expérience il sauront vous guider.

Exiger une visite véto parfaite de chez parfaite 

vétérinaire cheval
Source : Pixabay

« Je ne veux prendre aucun risque, je veux une visite véto zéro défaut ! » La médecine vétérinaire ne cesse de progresser, aujourd’hui de nouvelles technologies nous permettent de voir des anomalies qu’on ne connaissait pas il y a dix ans. C’est bien et en même temps ça complique la vie pour les visites d’achats, de plus en plus difficiles à passer sans encombre. Si vous faites passer une visite à votre futur cheval (et il le faut) vous risquez peut être de vous retrouver avec une « réserve » plus ou moins importante sur sont état de santé et sa longévité sportive. Dans ces cas-là pas de panique ! Cela ne veut pas dire que ledit cheval est bon à jeter au fond d’un champ ! Certaines réserves ne concernent qu’une activité sportive intensive, une discipline en particulier, ou bien sont tout à fait curables ! Ne vous braquez pas sur ces réserves et encore une fois questionnez-vous dessus. Est-elle très importante ? Risque-t-elle de compromettre mes ambitions avec ce cheval ? Vais-je vraiment aller sauter des cso en 140 avec ce poney à 3000€ ? Etc. Bref, encore une fois, ne foncez pas tête baissée !

Croire que plus c’est cher mieux c’est

achat cheval
Crédit : Contre Galop

« Je vais acheter un cheval très cher comme ça il sera très bien » Le prix des chevaux est trèèèès subjectif et varie selon une multitude de critères : leur coût de production, leurs capacités physiques, leur génétique, leur âge, leur état de santé, etc. Pas facile de déterminer quel cheval est « cher » et lequel ne l’est pas. Quoiqu’il en soit ce n’est pas forcément le plus cher qui vous conviendra le mieux ! C’est comme pour les jeans, un Mango à 27€ peut vous faire de bien plus belles fesses qu’un Levis à 100€ ! Tout dépend de vos fesses en fait. De vous quoi. Donc ne soyez pas rebuté par un prix plus bas, ça ne veut pas dire que le cheval est moins bon, l’important c’est qu’il vous convienne à VOUS !

Bonus : croire que ça va être facile

« Allez demain je m’achète un cheval. OKLM » Hé ben non ! Acheter son premier cheval n’est jamais facile et ça se passe rarement comme on l’avait prévu ! C’est un long parcours qui demande patiente et réflexion. Trouver LE cheval peut prendre des mois et nécessiter beaucoup d’essais, mais nous découragez pas,  le jeu en vaut la chandelle ! Surtout ne soyez pas pressé, prenez le temps de bien réfléchir, de vous questionner et faites-vous aider par les bonnes personnes.

Et vous ? Vous imaginiez quoi lors de l’achat de premier cheval ? Et à l’occasion, venez voir les pépins de propriétaire qui vous attendent, histoire de savoir dans quoi vous mettez les pieds… 

Source photo à la une : Contre Galop

Articles random