5 situations où on regretterait presque d'être cavalier

Louise Lecomte
Louise Lecomte
Cavalière blonde qui kiff faire des tutos

Table des matières

Nos vidéos

On adore tous être cavalier bien sûr ! Mais soyons honnêtes : certaines situations nous énervent tellement qu’on a envie de massacrer notre brosse dans le silo, mais chez Contre Galop on est tellement gentil qu’on vous propose des solutions à tout ça ! Elle est pas belle la vie ?

 

5. Les bandes de repos

En fait dans la vie d’un cavalier, le plus rageant est de passer des heures à faire quelque chose, pour voir le fruit de votre dur labeur détruit en quelques secondes sous vos yeux. Donc quand les bandes bien rangées, que vous aviez mis 2 heures à laver et replier, tombent par terre, vous avez un bon exemple de ce qu’on veut dire. Et en prime vous obtenez un ticket gratuit pour un deuxième lavage ! Donc le mensonge du « oui oui elles sont comme neuves » ne marche plus…
Les bon plans de tonton Michel : coincer le bout de la bande dans le dernier tour. Et puis c’est tout. Enfin si, les ranger dans un Tupperware. Et oui, être cavalier c’est aussi de trouver les bonnes solutions !

4. Les sabots

être cavalier curer les sabots
Crédits : Pixabay

Vous avez également le cours où vous êtes arrivé à la bourre, mais que vous vous dépêchez de faire les sabots 2 minutes avant de monter. Donc vous vous appliquez quand même un minimum sur les sabots de Pépito pour ne pas le blesser, mais évidemment il arrive quand même à reposer sa patte dans un magnifique crottin tout frais. (Existe aussi dans l’eau pleine de terre, ou la mixture granulé + bavouille de Pépito + eau croupissante). A la rédac’, ça nous arrive très souvent …
Le remède de mamie Andrée : le faire juste en sortant du box, mais c’est à proscrire quand vous êtes en retard !
 

3. La graisse

galop sur le sable
Crédits : Pixabay

Mise en situation semblable à la précédente, vous connaissez aussi cette curieuse envie de baffer tout le monde ? Non, vous ne voyez pas ? Vous savez, celle quand vous venez de passer une heure entière à vous occuper des sabots de Pépito, et qu’il les repose sur les tout petits graviers à la sortie du box ? Vous avez aussi la variante avec des copeaux de bois ou l’herbe fraîchement coupée, c’est ça d’être cavalier.
L’astuce miracle de tatie Jacqueline : occupez-vous des sabots de votre cheval en dehors du box, de préférence sur une surface lisse comme du béton ou du goudron.
 

2. La douche

douche cheval
Crédits : Pixabay

Ce type de situation arrive généralement face à un cheval filou, parce qu’il fait tout pour marcher sur le tuyau de la douche et refuse de bouger ensuite. Ou alors quand il essaye toujours de boire l’eau qui sort du tuyau, comme si c’était un dromadaire en manque. Et oui, ils sont malheureux les chevaux quand ils prennent un bon bain … 
La technique de papy Albert : faire en sorte que le tuyau soit toujours dans le dos du cheval. Et oui, on est habitués depuis le temps !
 

1. Le déferrage, ce moment où on hait être cavalier

maréchal ferrant
Crédits : Pixabay

Si vous êtes également l’heureux(se) propriétaire d’un équidé qui arrive TOUJOURS à perdre un fer la veille de concours, vous vous retrouvez bien souvent à appeler votre maréchal en catastrophe. Quel bonheur quand on se retrouve dans cette situation !
Le moment prévoyance de Patricia : prévenir le maréchal une semaine avant chaque concours, et Pépito aura la plus belle manucure du van ! Sinon … Il n’y en a pas vraiment ! Sauf si vous mettez des protèges sabots à votre Pépito, mais on n’est pas vraiment sûr que ça marche …

Bonus ! 

Quand votre cheval ne veut pas se laisser attraper quand il est au pré, essayez de satisfaire ce gros ventre sur pattes en apportant des carottes ou du pain sec. CQFD !

 

Maintenant que vous êtes parés à faire face à n’importe quelle circonstance, regardez ici pour connaître 5 astuces pour ne plus vous faire voler votre matériel !

 
Crédits photo à la une : Pixabay

Articles random