Les pires conneries d’annonces de demi pension

Charlène Bénard
Charlène Bénard
Un spectacle Rires et Chansons

Nos vidéos

Très courantes dans le monde cavalier, les annonces de demi pension sont légion. On a (presque) tous eu des demi pensions, ou bien on a tous au moins consulté des annonces. Donc on s’est dit à la rédac qu’il allait falloir vous aider un petit peu à faire le tri dans ce vaste contenu, parce que c’est souvent le festival de la couillonnade ! Tels des justiciers masqués, on a donc réuni les 7 plus grosses conneries qu’on voit le plus souvent dans les annonces de demi pension… Here we go !

 

« Obstacle OK si bonne entente » : la plus illogique des annonces de demi pension

On commence fort avec sûrement la proposition la plus courante et la plus stupide qu’on peut trouver dans les annonces de demi pension. Parce que s’il y a mauvaise entente, la demi pension s’arrête et c’est tout. Vous en connaissez beaucoup, vous, des cavaliers assez cons pour continuer à payer 200 balles par mois sur un cheval qu’ils ne peuvent pas blairer ? Bref, c’est une excuse bidon du propriétaire qui n’a tout simplement pas envie que vous sautiez. Car si vous restez sur le cheval, c’est que vous vous entendez bien, et donc si vous vous entendez bien, vous pouvez sauter. CQFD.

Niveau de foutage de gueule : 50%. Insidieux mais facile à contre-argumenter.

 

Celui qui recherche un cavalier de dressage confirmé pour bosser son cheval de CSO pas mis sur le plat

Un autre type d’annonces de demi pension hyper courant et avec aucun sens ! On vous refait le topo. Vous êtes cavalier d’obstacle et vous postez cette annonce, en disant que vous cherchez quelqu’un avec un excellent niveau de dressage qui pourrait travailler votre cheval sur le plat uniquement. Vous êtes stupide. Quelqu’un avec un « excellent niveau de dressage » cherchera un cheval de dressage, pas votre cheval de CSO que vous avez la flemme de bosser sur le plat et qui connaît même pas le travail sur deux pistes. Bref, encore une fois vous vous foutez de la gueule du monde.

Niveau de foutage de gueule : 50%. Malhonnête de la part du propriétaire, mais finalement y’a pas mal de cavaliers qui ont envie de travailler uniquement sur le plat avec un cheval où y’a tout à faire.

 

Celle qui te refuse tout mais certainement pas les frais véto

On la connaît cette espèce là, c’est la cavalière qui veut pas que tu sautes, que tu partes en balade, que tu fasses de concours, qui veut uniquement que tu viennes les jeudis pairs des années bissextiles entre 19h42 et 19h53… Mais qui n’hésite pas à te taxer des frais de véto, d’ostéo, de dentiste (et aussi pour les appareils dentaires de ses gamins), de maréchal (et d’abonnement manucure chez Chantal beauté), de ses emplettes chez Horsewood et des frais de scolarité de ses sales gosses.

Niveau de foutage de gueule : 70%. Ça se voit tellement que tout le monde refuse son offre, donc on n’a pas trop trop à vous mettre en garde.

 

Celui qui cherche une cavalière de St Georges pour « loisir uniquement »

« Pour Kiki 17 ans, ancien champion en 125, en pré-retraite, pour balades, travail à pied et quelques séances de plat uniquement. Cherche cavalière confirmée et expérimentée avec les chevaux, très bon niveau de dressage pour partir en balade en autonomie ».

Niveau de foutage de gueule : 30%. La personne pense surtout au bien être de son cheval, mais autant viser une cavalière expérimentée en équifeel, hein !

 

Celui qui ne prête pas son matos

« Merci de venir avec votre propre matériel » ou bien « accès à mon propre matériel sous réserve ». Si on comprend l’idée (beaucoup trop de vols de matos à déplorer), c’est quand même une belle connerie. Parce que forcément, il veut rien vous prêter, mais il vous sort quand même que votre selle n’est pas assez dégarrottée, que vous devez vous racheter un mors spécial, que Kiki n’aime que les tapis roses à pois verts, et qu’il vaudrait mieux investir dans des protections doublées en mouton… Et en plus, il vous prête même pas ses brosses.

Niveau de foutage de gueule : 80%, doublé d’un niveau de dangerosité, parce qu’il préfère que vous brossiez son cheval avec votre kit de pansage qui a vu plus de chevaux teigneux qu’un comptoir de bar PMU n’a vu de pintes.

 

Celui qui vient tout le temps

Il vous dit déjà dans l’annonce qu’il sort en CCE tous les dimanche. Donc il booke le mardi pour sa séance de dressage, le jeudi pour sa session de saut, le vendredi pour le cross, mais aussi le samedi pour natter, le lundi pour le trotting et le mercredi pour la longe.

Niveau de foutage de gueule : 100%. Vous êtes juste une vache à lait. Et en plus y’a de grande chances qu’il vous demande de payer les frais de maréchalerie.

 

Celle qui vient jamais

On garde le plus tendancieux pour la fin ! Parce qu’au premier abord, ça a l’air vachement cool. L’annonce dit direct que vous pourrez venir quand vous voulez, que vous pourrez travailler à votre guise sans trop rendre de compte. La liberté ! Par contre, méfiez-vous, c’est un putain de cadeau empoisonné, vous allez vite vous retrouver dans un gros bourbier.

Le cheval sera en réalité entièrement à votre charge, vous allez venir absolument tous les jours (alors que vous n’aviez signé que pour 2 fois par semaine). Vous allez vous taper tout le travail, tous les soins tout seul, attendre le véto en pleine nuit (et même souvent, le payer). Vous vous retrouvez propriétaire du cheval alors que vous vouliez justement une demi pension pour éviter ce lourd engagement.

Niveau de foutage de gueule : 120%. Parce que ça a l’air cool au début et qu’on met du temps à se rendre compte que c’est une belle couillonnade. Et quand vous vous en rendez-compte, c’est trop tard car vous aimez le cheval et vous êtes prêt à vous sacrifiez, et la propriétaire le sait très bien. 

 

Vous êtes prévenus ! Maintenant, vous ouvrirez l’œil avant d’ouvrir votre portefeuille ! 

Articles random